permaculture biodiversite

Philosophie de la permaculture dans les terroirs de vignes

 

Vous, la nouvelle génération de consommateurs, par vos actes d’achats, vous signifiez aux acteurs de la filière alimentaire vos attentes environnementales et sociétales. Par vos choix, vous donnez le cap aux producteurs, acteurs de la filière pour écouter, pour regarder la terre, non plus comme une roche inerte, mais comme un être vivant sensible aux aléas du monde trop moderne de ces 50 dernières années.

L’écoute de la terre, l’observation de ses habitants, de sa macrobiote, sont le propre de l’homme de terroir. Qu’il soit de la forêt d’Amazonie, dans une roselière d’herbes à éléphant ou dans une vigne enherbée, un monde vivant bouge à nos pieds. Il suffirait de rendre à la macrobiote son gîte et son couvert et elle travaillera la terre pour nous.

35 ans d’expérience* dans l’œnologie et la culture raisonnée de la vigne,
25 ans d’expérience** dans la permaculture de roseaux, viennent enrichir notre réflexion croisée sur la permaculture dans les terroirs des vignes françaises.

La Permaculture est une nouvelle approche de la culture de la vigne, respectueuse de la biodiversité de chaque écosystème en s’appuyant sur la nature plutôt que sur la chimie. 
Cette méthode de culture est une réelle alternative au jardinage classique puisqu’elle permet de cultiver son potager en accord avec la nature, sans labour et sans pesticide ou tout autre intrant chimique polluant. De plus la Permaculture ne demande que très peu d’entretien.

La permaculture de terroir c’est plus de plaisir, plus de goût et moins de travail.

Le but

Le but de vigne en permaculture est de répondre à nos besoins tout en améliorant notre environnement notamment en développant la biodiversité, en stimulant et régénérant la vie microbienne du sol naturellement (bactéries, champignons, vers de terre, arthropodes, insectes…) et en enrichissant la terre… Pour tendre vers ce but, il vous faudra un bon paillage sous le cavaillon, sur le rang.

Le B.A.BA de la permaculture : ne jamais laisser le sol nu !

Utiliser toujours du « mulch », autrement dit du paillage pour garder l’humidité dans le sol. Le paillage de roseaux calibré constitue une couverture pérenne qui convient bien aux jeunes plants et se glisse aisément dans les moindres recoins du rang. Il n’acidifie pas le sol, il dresse une couverture dense face aux adventices et isole bien les racines des plantes de la sécheresse. De plus notre paille limite les évaporations d’eau durant l’été.

Nourrir, stimuler et régénérer la vie microbienne du sol !

Cylcle Azotepaille Miscanthus Bourgogne

Notre paillage, composé à 88% de matière organique, est riche en nutriments tels que l’azote, le phosphore ou encore le potassium. Ces macronutriments que nous avons associés à l’Oxyde de Calcium (CaO) et à l’Oxyde de Magnésium (MgO) stimulent la vie microbienne du sol et améliorent la structure du sol.
L’apport en carbone est quant à lui sous forme de lignine (bois), de cellulose (paille), de saccharide et de protéine (engrais vert). Le carbone combiné aux macronutriments nourrit vos plants, ils sont donc indispensables à la croissance et à la qualité de ces dernières.

En quoi la vie microbienne est-elle si importante ?

Les micro-organismes (bactéries) et la faune (vers de terre, arthropode…) permettent de transformer les matières organiques décomposées (animales, végétales…) en humus. L’humus est la couche supérieure du sol, il nourrit votre potager en lui apportant eau et nutriments (Azote et Phosphore entre autres) dont il a besoin. Cet écosystème microbien se nourrit essentiellement de matière organique. Donc s’il n’y a pas de matière organique, il n’y a pas de vie de sol et sans vie de sol, pas d’humus !

Les vers de terre forment des galeries jusqu’à deux mètres de profondeur. Ces galeries facilitent la descente de l’eau dans le sol. De cette manière l’eau pénètre plus facilement dans la terre.

sol vivant

Les galeries formées par la faune combinées au mulch qui limite considérablement l’évaporation de l’eau vous donnent un sol humide très longtemps qui nécessite donc moins d’arrosage.

Plus besoin de labourer votre sol !

Les labours renversent l’habitation des micro-organismes (vers, insectes et champignons) générant mort, handicap et longue désorganisation. En l'absence de ces micro-organismes, le sol s’arrête de travailler entraînant une stérilité passagère ou totale si le labour est répété fréquemment.

Labourer en profondeur détruit par oxydation les matières organiques et donc l’humus. Or l’humus retient l’eau et les nutriments dont ont besoin vos plants. Si l’humus est détruit les sols ne peuvent plus retenir l’eau et sont donc plus sensibles à l’érosion. 

Les labours entrainent par conséquent l’appauvrissement des sols en matières organiques, la destruction de l’humus et le lessivage des sols.

Suivez-nous

Nos bureaux

La Morangeraie - 91420 Morangis
9, rue Pallas - 33430 Bazas

Contactez-nous

33 (0) 610 961 552
05 56 250 915
07 84 09 41 73

lVins de permaculture vigne fleur abeille